Le Blog de Michel Ricoud

mardi 22 juillet 2014

Présence de rats sur le secteur Gounod, Wichita et Saint Saens (Argonne - Orléans)

Des locataires de l’Argonne m’alertent sur la présence de nombreux rats sur le secteur Gounod, Wichita et Saint Saens. Cette prolifération de rats semble provenir de la démolition de deux bâtiments (Wichita et Camille Saint Saens). Ce qui entraîne des craintes légitimes des locataires  au niveau hygiène et sécurité, en particulier pour les enfants. Des rats morts ont été trouvés et les photos ci-jointes montrent la présence de nombreuses cavités où se cachent ces rats.

Cette situation a été signalée à vos services mais sans suite à ce jour.

J'ai écrit à la mairie, à l'agglo et à l'office d'HLM pour leur demander d'intervenir très rapidement afin de traiter cette question d’hygiène pour ce secteur. 

Interventions des élu(e)s communistes au conseil municipal du 7 juillet 2014

Conseil Municipal d’Orléans du  lundi 07 juillet 2014 : 

Principales interventions des élu(e)s du Front de Gauche

N° 6 : Motion relative à la réforme territoriale 

Intervention de Michel RICOUD : "Au-delà de cette motion, nous souhaitons aller au fond des choses. Cette réforme représente un véritable séisme institutionnel, un “big-band territorial”, d’où les citoyens sont complètement écartés. Pour la première fois, F.HOLLANDE s’est fixé pour objectif la disparition des communes en déclarant” L’intercommunalité deviendra la structure de proximité”, et en annonçant la suppression des départements ( Conseils généraux). 

Il en résulterait un éloignement des élus des citoyens, un éloignement des préoccupations et des projets décidés démocratiquement, un éloignement des lieux de décisions. Il en résulterait une mise à mal de l’action publique. 

En s’attaquant aux collectivités territoriales, à leur structure, à leurs compétences, à leurs personnels (des milliers d’emplois risquent de disparaître), à leurs moyens financiers, le gouvernement veut détruire l’édifice républicain, non pour le rendre plus démocratique, mais pour l’inscrire dans une construction toute dévouée aux marchés et à la finance. Pour quelles économies? Personne n’est en mesure de le dire. 

Cette réforme aura de graves conséquences sur l’emploi et les services de publics. L’investissement sera restreint. 

Nous ne sommes pas pour le statu-quo. Nous proposons une autre logique basée et ancrée dans le respect des droits humains, de la solidarité et de l’égalité des territoires. C’est au peuple de décider, de débattre. Oui, il faut un grand débat national et un référendum. 58 % des françaises et des français le souhaitent. »

Les élus du Front de Gauche ont voté cette motion, légèrement amendée sur la forme, par le groupe PS- Verts. 

N° 8 : Orléans Loiret Football. Approbation de conventions, attributions de subventions

Intervention de Dominique TRIPET : "Bien évidemment notre groupe votera cette délibération avec cependant une demande en ce qui concerne la convention de prestations de services en matière de communication:

- Que les campagnes de promotions du club ainsi que de son club de supporters soient des campagnes éthiques, non sexistes et non racoleuses.

Je vise là notamment le "Drouguis Orléans» et ses affichettes pornographiques qui ont été collées un peu partout dans Orléans.

L’USO Orléans a clairement ici un droit de regard sur la façon dont le club est "vanté» si je puis dire. Pour ses performances sportives footballistiques, ou bien pour ce que suggère ces affichettes, qu’une femme nue sera offerte à tout supporter!»

N° 10 : Euro 2016. Approbation d’une convention

Intervention de Dominique TRIPET : "10 000€ pour 1 mois d’utilisation exclusive pour l’UEFA. Cela correspond simplement au 1/12ème du versement de l’USO pour les installations sportives. Pourtant l’UEFA a des moyens et devrait aussi indemniser le club. 

Enfin, concernant les entrainements des différentes équipes (on parle des équipes nationales d’Italie, d’Espagne), les jeunes orléanais pourraient-ils y assister, gratuitement bien entendu ? »

N° 16 :  Attribution d’une subvention à ESCALE

Les élus du Front de Gauche se réjouissent de cette décision. Nous sommes vigilants sur le soutien de la Ville d’Orléans aux clubs de quartiers. 

 

N° 20 : règlement intérieur de la restauration scolaire

Intervention de Michel RICOUD sur la distribution des fraises espagnoles dans les cantines scolaires de la Ville, des pommes venant du Vaucluse et des cerises du Lot et Garonne. Sur notre région, ces productions existent. Il faut les faire travailler. Et le développement durable, qu’en est-il? Les élus du Front de Gauche ont redit leur attachement aux circuits courts. Voir le billet écrit à ce sujet.

Intervention de Dominique TRIPET : "Concernant cette délibération et compte-tenu des différentes informations qui ont été reçues en quelques jours, plusieurs points nous semble-t-il, sont à voir et/ou revoir.

Tout d’abord le Ministère de la Ville vient de classer quatre quartiers de notre ville parmi les plus pauvres de France : La Source, L’Argonne, Blossières, Dauphine St Marceau.

Ce qui signifie, selon les nouveaux critères du ministère de la Ville que plus de la moitié de la population de ces quartiers, en fait 60%, est en dessous du revenu médian, et vit avec moins de 11 250€ par an, ou encore moins de 930€ par mois.

C’est 700 000 nouveaux pauvres en 2013, 500 nouveaux chômeurs chaque jour depuis le début de l’année.

Dans ces conditions nous aimerions qu’une attention particulière soit apportée à la population de ces 4 quartiers d’Orléans, mais pas seulement. Derrière de belles façades, même en centre-ville il y a de la pauvreté. Aussi l’une des aides les plus justes que ces populations puissent attendre,  c’est effectivement d’avoir des tarifs de cantines très modérés. Comme vous le savez, nous ne cessons depuis des mois, des années maintenant de demander la division par deux du prix des cantines en ce qui concerne les 5 premiers niveaux.

De même, lorsqu’une famille ne s’est pas acquittée en temps et en heure de sa facture, peut-être faudrait-il être pro-actif et faire en sorte que le CCAS soit averti directement par la SOGERES des impayés, plutôt que d’attendre des situations catastrophiques.

En aucun cas, les quelques cas justement de familles peu scrupuleuses ne doit obérer le fait que la précarité et la pauvreté se développent, et qu’une facture de cantine impayée n’est peut-être que l’arbre qui cache la forêt en ce qui concerne la situation sociale d’une famille : impayés de factures d’énergie, de loyers etc...

La municipalité ne pourrait-elle être à l’initiative d’une commission qui se réunirait très régulièrement, et pourquoi pas chaque mois et qui serait chargée de traiter les difficultés bien en amont, avant que les familles ne croulent et coulent sous les dettes si je puis m’exprimer ainsi.

La municipalité doit jouer, comme d’autre le rôle d’amortisseur social. Cette commission n’aurait pas pour but d’exonérer les familles de toutes participations, mais de les aider ponctuellement, de les accompagner, de les orienter si besoin vers d’autres structures, mais en aucun cas attendre que les familles se manifestent.

Ce sont souvent elles, celles qui ont besoin de tout, qui ne demandent plus rien, tant leur situation est difficile. 

Actuellement par exemple il faut un mois et demi pour mettre en place un RSA, mois pour obtenir le versement de l’allocation de soutien familial par la CAF, etc.

Par contre, en moins de deux mois, vos APL sont suspendues, votre compteur d’énergie coupé etc...

Il nous semble ainsi très important que cet accompagnement soit un accompagnement gagnant, non discriminant, non culpabilisant ou stigmatisant.

Un règlement, c’est bien. Et il en faut un. Mais L’Humain d’abord, ne doit pas en être écarté. Merci."

N° 24 : Nouvelle gouvernance Ville / Agglo

Intervention de Michel RICOUD : "La mutualisation des services de la Ville d’Orléans et de l’Agglo se situe dans la droite ligne de la réforme territoriale, avec à terme, la suppression des communes. Nous avons voté contre cette délibération."

N°28 : Mise à jour du tableau d’effectifs

Intervention de Dominique TRIPET : " Nous avons pris connaissance et avec attention de ce nouveau tableau d’effectifs. 

Nous constatons sans surprise que ce sont dans les catégories les plus basses (catégorie C) qu’il y a le plus de temps partiels, près de la moitié par exemple pour les adjoints techniques de seconde classe.

Pour autant, nous souhaiterions une analyse plus fine en ce qui concerne ce tableau et que celui-ci puisse indiquer s’il s’agit pour chaque fonction, d’une femme ou d’un homme.

Vous le savez Mr le Maire, Mes Chers Collègues, ce sont majoritairement les femmes qui sont à temps partiels, ont les salaires les plus bas, les carrières morcelés et au bout du compte au moment de partir à la retraite des pensions inférieures en moyenne de 44% à celles des hommes. Le visage de la pauvreté et de la précarité est celui d’une femme. A 80%, le smicard est en fait une smicarde, 2 allocations de solidarité pour personnes âgées sont versées à une femme, et le rsiste de base est en fait une rsiste.

Une loi sur l’égalité réelle a été votée il y a tout juste deux semaines à l’Assemblée Nationale.

Cette analyse demandée permettrait très simplement de voir où en est l’égalité salariale et de carrière entre femme et homme auprès des salariéEs de notre ville.

Pour bien évidemment faire en sorte que tout cela progresse et que l’égalité de salaire et de carrière ne soient pas juste des mots. Merci."

N° 40 : La Source: Acquisition d’un local à la Bolière

Intervention de Michel RICOUD : "Les élus du Front de Gauche ont voté pour cette délibération. Nous avons saisi cette occasion pour redire notre inquiétude quant au commerce dans le quartier de la Source. Les menaces qui pèsent sur DIA (le magasin DIA à Olivet a d’ailleurs fermé), les fermetures d’Yves ROCHER, du Mag Presse à l’Indien, les problèmes qui se posent d’une manière récurrente à la Bolière, doivent nous interpeller. Il faut nous mobiliser sur cette question car un quartier qui perd des commerces, est un quartier qui ne va bien."

 

N° 41 : Pôle de Compétitivité- Cosmetic Valley : subvention

Les élus du Front de Gauche ont voté contre. Derrière Cosmétic Valley, il y a de grosses entreprises: DIOR, LVMH, notamment. Celles-ci n’ont pas besoin de l’argent public.

 

N° 44 : FAMAR: institution de Servitudes d’Etudes d’Utilité Publique

Intervention de Michel RICOUD : Les élus du Front de Gauche ont interrogé Serge GROUARD sur l’avenir de ce site, suite au transfert de l’usine du Champs de Mars à la Source. Nous avons toujours défendu l’idée qu’il fallait de l’emploi industriel. Aujourd’hui, on se dirige vers un pôle numérique. Combien d’emplois? A suivre avec attention! 

Nous avons voté cette délibération.

N° 47 : Travaux courants de signalisation horizontale. Approbation d’un marché après procédure adaptée

Une petite intervention concernant le marquage au sol. Tant des passages piétons que de la délimitation des pistes cyclables.

Est-il normal de refaire des passages piétons par exemple comme en haut de la rue St Marc avant le passage à niveau alors que la route est défoncée et qu’il y a justement à cet endroit des nids de poules ?

Est-il normal de refaire des passages pour cyclistes qui font d’eux des passe-muraille, à défaut d’être des passe- barrière ou des passe poteaux comme au passage du quai L, ou bien en traversant la rue Emile Zola en direction de la gare d’Orléans.

Le pompon étant sans doute le poteau qui trône en plein milieu de la piste cyclable qui passe sous la place d’Arc.

Certain ou certaine pourrait me répondre qu’il y a assez de place de chaque côté. Pourtant imaginerait-on une route, une avenue avec des poteaux de signalisation en plein milieu et que l’on réponde aux automobilistes de passer de chaque côté ?

Bref, refaire le marquage oui, mais pas en ignorant l’état des rues, des routes ou ce que la signalisation a d’ubuesque.

Pour voir le conseil municipal en vidéo, en voici le lien. Vous pouvez ne voir que les points qui vous intéressent sur internet en cliquant sur le n° de la délibération : http://www.orleans.fr/vie-politique/vos-elus-instances-de-debat/conseil-municipal/archives-en-videos/les-conseils-2014/7-juillet-2014.htm

 

vendredi 18 juillet 2014

Annonces pour le logement, le gouvernement ne répond pas à l’urgence sociale

Madame Sylvia Pinel, ministre du Logement et de l’Egalité des territoires a dévoilé en conseil des ministres une série de mesures visant à relancer la construction de logements. La CNL déplore la hiérarchie des priorités utilisée par la ministre et demande au gouvernement de répondre aux vrais besoins des habitants.

Sylvia Pinel a présenté aujourd’hui ses mesures de relance de la construction avec quatre priorités :
- Favoriser l’accession à la propriété,
- Simplifier les règles de construction et développer l’innovation,
- Soutenir la construction de logement sociaux et créer une nouvelle offre de logements intermédiaires en zones très tendues,
- Renforcer la mobilisation du foncier.

Avoir pour priorité principale l’accession à la propriété montre le décalage du gouvernement par rapport à la réalité. Les locataires attendent des logements abordables et de qualité, et non pas de devenir propriétaires. 

Face à l’urgence sociale, la priorité, c’est la construction de logements véritablement sociaux, et notamment en zones très tendues.

La CNL souhaite rappeler la situation espagnole où le « tout propriétaire » a conduit de nombreuses familles à tout perdre.

La CNL attend de plus amples détails sur ces annonces mais souhaite exprimer son inquiétude face à la politique du logement actuel.

lundi 14 juillet 2014

Interventions des élu(e)s communistes au conseil municipal du16 juin 2014

Compte-Rendu des interventions du Groupe Front de Gauche lors du Conseil Municipal d’Orléans du Lundi 16 juin 2014.

Tout d’abord et en préambule, quelques mots sur le contexte de ce conseil municipal, où le Maire lors de l’habituel point communications diverses à éludé les propos du conseiller municipal FN via twitter. Ce dernier  appuyait ceux de JM Le Pen (fournée). Michel RICOUD avant de prendre la parole pour le point 6 a interpellé le Maire à ce propos, notamment en faisant part de son étonnement quant à son silence, à ce propos dans cette enceinte républicaine (Conseil Municipal).

 

Délibération n° 6: Compte administratif 2013.

Le compte administratif est l’application comptable du budget voté par la majorité UMP UDI MODEM, en décembre 2013. Les élus “Front de Gauche” avaient voté contre ce budget car il ne correspondait pas aux attentes des habitants. Nous avons voté contre (seuls) ce compte administratif. 

Nous avons rappelé nos propositions: la division par 2 du prix des cantines qui représente un financement de 200.000 euros. Une action forte en matière d’actions contre les expulsions locatives, coupures de gaz, d’électricité et d’eau, la réquisition des 6000 logements vides par la mise en place d’une commission sur cette problématique. Si d’une manière comptable, “le compte est bon”, d’un point de vue HUMAIN, cela n’est pas le cas. Dans une ville où 10.000 ménages vivent sous le seuil de pauvreté, il serait temps pour la Ville de répondre aux urgences sociales. 

Le rayonnement de la Ville passe également par des dispositifs sociaux. Nous le redisons. Quant aux baisses de financements d’Etat pour les collectivités, nous avançons depuis des années des propositions: véritable réforme fiscale, actions contre l’évasion la fraude fiscale. Il faut s’attaquer aux causes de la crise et notamment taxer les revenus financiers à hauteur de 0,5%.Mais de cela, au PS et à droite, personne ne parle. Le budget de l’OLB, de 2008 à 2013 a augmenté de 44% alors que le budget du CCAS a augmenté, lui, de 4,3%. Cherchez l’erreur!

Concernant les questions de l’emploi, nous avons réaffirmé avec force notre exigence que, dans le cadre des travaux d’IKEA, soient incluses, dans les appels d’offres, des clauses d’insertion. 

 

Délibération n° 13: Ravalement des façades intra-mails.

Les élus “Front de gauche” ont voté contre cette délibération, comme à chaque conseil municipal. Il y a les travaux des façades et, derrière, il y a trop souvent, des logements insalubres, de la misère. Quant aux propriétaires concernés par ces travaux, ils ne sont pas tous logés à la même enseigne. Loin de là!

 

Délibération n° 16: SIVU des Groues.

Lors d’une précédente délibération portant sur les Groues, nous avions demandé que la chaufferie Biomasse soit fournie en bois par le ferroviaire. Refus de la majorité municipale. Et, dans le cadre de l’ouverture de la ligne SNCF Orléans – Chartres, il est question de créer un arrêt aux Groues ! Une contradiction? Non? 

Délibération n°17 : Acquisition d’une emprise pour un parvis et un trottoir publics à l’Association Assomption propriétaire d’une école maternelle, quartier Saint Marc.

Suite à la prise de parole du PS qui déplorait que la ville assume la démolition d’un bâtiment vétuste à cet endroit et uniquement sur la parcelle achetée à l’euro symbolique, Dominique TRIPET a expliqué notre vote puisque nous avons voté pour : «  Il n’est pas question ici d’école publique ou privée, mais bien d’une question de sécurité publique pour toutes les personnes qui empruntent cette rue. Pour rappel, l’accident qui a coûté la vie à une petite fille renversée par un chauffard qui a pris la fuite et qui n’a jamais été retrouvé se situe quelques dizaines de mètres plus bas. Cependant, c’est toute cette portion de rue qui est notoirement dangereuse pour toutes les personnes qui empruntent des trottoirs très étroits, c’est pourquoi nous voterons pour ».

 

Délibération n° 23: Stade Omnisports de la Source : Travaux suite à la montée en ligue 2.

Comme tous les élus et de très nombreux orléanais et au-delà, nous nous sommes réjoui-e-s de la montée en Ligue 2 de l’USO. Mais, maintenant, se posent des contraintes financières dues notamment au désengagement de l’Etat. Orléans a –t-il les reins assez solides pour supporter deux grands clubs professionnels : l’OLB et l’USO? 

Michel RICOUD : «  Les financements prévus ne vont-ils pas se traduire par une baisse des subventions pour des petits clubs de quartier (exemple ESCALE à la Source)? Des clubs comme ESCALE sont indispensables dans nos quartiers populaires. “Que serait la Source sans ESCALE” a redit une nouvelle fois Michel RICOUD. 

Donc soyons attentifs et vigilants. Egalement, dans le même temps, on ferme la piscine découverte ( Ex piscine PTT) qui est utilisée par de nombreuses familles des quartiers populaires. »

Dominique TRIPET : « On nous annonce que le Conseil Régional et le Conseil général vont être sollicités. Si par la bouche de JP Grand, nous venons d’avoir confirmation que le Conseil Régional s’était bien engagé à hauteur de 2 millions d’€ de subventions, qu’en est-il pour le Conseil général ? Par ailleurs, Marie-George BUFFET, alors Ministre des sports avait fait voter une loi qui taxait à hauteur de 5% les droits de retransmission télé. Et nous notons que les 500 000 € qui devraient être reversés par le club à la ville d’Orléans proviendraient de ces droits de retransmission. Quid des petits clubs et associations qui gravitent autour de l’USO ? Il ne faudrait que cela se fasse à leur détriment alors que cette loi visait justement à les préserver de cette tentation de ne subventionner que les gros clubs sportifs ? »

Réponse de S.Sankhon : C’est le Ministère des sports qui gère cela...

 

Délibération n° 24: Subvention à l’OLB.

Nous avons voté contre cette délibération comme nous le faisons depuis des années. Voir nos explications quant à la précédente délibération.

Délibération n°28: Demande de subvention pour un projet documentaire thématique «Je veux mon livre» ou les premiers pas dans la littérature .

Suite à la question de l’élue FN qui voulait savoir si dans ce qui était financé il pouvait y avoir des livres sur la «théorie du genre» et en particulier les «ABCD de l’égalité», auquel cas ils voteraient contre, intervention de Dominique TRIPET:

«La théorie du genre n’existe pas. 

L’«ABCD de l’Egalité» est un manuel scolaire qui ne se trouve pas dans les bibliothèques ou médiathèques. Ce sont les inspections académiques qui décident là où cela doit faire l’objet d’un enseignement. Ce n’est donc pas une compétence de la Mairie. 

Par ailleurs, ce manuel «les ABCD de l’égalité» promeut l’égalité entre femmes et hommes et rien d’autre! Appartenant à l’une des associations rédactrices de ce manuel, j’en connais fort bien les contenus. Aussi renseignez-vous avant de dire n’importe quoi, vous y gagnerez en crédibilité!»

Délibération n°32: Organisation du concours Miss France.

Intervention de Dominique TRIPET : «Lors d’un précédent conseil, je vous avais interrogé pour savoir si la ville d’Orléans financerait ce concours parfaitement discriminatoire et sexiste de Miss France. Vous m’aviez alors répondu par la négative, il s’avère aujourd’hui que d’une façon ou d’une autre la ville d’Orléans va l’organiser.

Pourtant, comme tous les concours de Miss, celui-ci fait de la femme une femme objet, devant répondre qui plus est à des critères: physiques, pas moins de 1m70, - et en filigrane ne pas être handicapée physique ou mentale-, d’âge: ne pas avoir plus de 26 ans, de situation personnelle: ne pas être mariée ou pacsée, être célibataire, moraux: ne pas avoir tourné dans des films pornos…etc… et puis aussi être souriante, aimable, gracieuse

Ce concours est le reliquat de nos rosières d’autrefois, mais qui aujourd’hui se retrouvent pour une année, ces «Miss Rosières» à faire la foire aux jambons de Trifouillies les Oies ou bien encore servir de décoration, de potiche souriante lors des salons de l’auto ou autres foire-expo…

Je crains que nous soyons un certain nombre à avoir d’autres valeurs pour représenter la France que celles portées par ce concours complètement désuet et qui ne relève pas le niveau quant à la place des Femmes dans notre société en tant que citoyenne notamment lorsqu’on leur demande de se comporter avec grâce, distinction et élégance, d’avoir une bonne tenue vestimentaire, une hygiène soignée, et pourquoi ne pas vérifier le brossage de dents tant qu’on y est…

Alors, oui, je sais à l’avance ce qui va nous être rétorqué : la force de frappe de TF1, notez comme tout de suite le vocabulaire est plus guerrier et moins élégant, et puis aussi les retombées touristiques, commerciales etc…Des corps à vendre contre une pseudo manne financière…

En attendant, ce sont 400 000 euros qui vont partir en hôtels 4 étoiles avec chambres individuelles pendant 17 nuits pour 43 personnes, autant pour les petits déjeuners, déjeuners et dîners, mise à disposition du Zénith, des techniciens – 1 grand salut aux intermittents du spectacle sans qui aucun spectacle ne pourrait avoir lieu, ni même ce concours de Miss-, des personnels de la ville, d’une salle de 500 m2 et j’en passe et des meilleures…

Et surtout ne venez pas prétendre que ce sera la conversation de ces jeunes femmes qui feront publicité pour notre ville, mais bien uniquement leur plastique, les défilés en maillot et autres joyeusetés où nombre reluqueront autre chose que l’élégance, la grâce, la distinction; Quelle hypocrisie!

Pour ma part, ce n’est pas une poupée Barbie, un Ken ou un GI’Joe qui peut représenter la France, mais bien une personne qui porte des valeurs, celle de notre République et qui réponde aux valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

A ce jour, et ce n’est qu’un exemple, celui qui a répondu à mes attentes, au-delà des clivages politiques, a été Mr Dominique de Villepin lorsqu’il a pris la parole au nom de la France lors de son discours à l’ONU contre l’entrée en guerre de la France contre l’Irak.

Ce jour-là, oui, comme nombre de Françaises et de Français, j’ai vibré à l’unisson et j’ai été fière d’être française.

Pour en revenir à ce concours, il est bien le pire du pire qui peut se faire ; Il contribue à maintenir les femmes dans le rôle du repos du guerrier, sois belle et tais-toi, et comme ne renierait pas mon amie Monique Lemoine, Présidente de Mix-Cité, je le redis ici : Princesse un jour, Bonniche toujours!

Et c’est la ville d’Orléans qui finance, désespérant!

Enfin M. Sankhon, puisque vous sembliez avoir besoin de leçon tout à l’heure pour faire un show, je vous propose de vous inscrire à ce concours de Miss…

Nous avons voté contre bien entendu. Le FN pour car ce concours «promeut l’excellence de la jeune fille française!» (SIC). Le PS s’est abstenu.

Délibération n°33: Soutien aux associations et organismes divers. 

Le FN a demandé une dissociation des votes pour pouvoir voté contre la subvention au GAGL (Groupement Association Gay et Lesbien)…Non, non, ils ne sont pas homophobes…

Délibération n°34: Communication relative à la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires.

Intervention de Dominique TRIPET : «Quelques remarques sur cette communication. Notre groupe regrette bien évidemment que l’Etat se désengage de ses missions et fasse ainsi une réforme à l’arrache, sans concertation véritable et surtout en faisant peser sur les collectivités locales la mise en œuvre de celle-ci, sans contrepartie financière digne de ce nom.

Nous regrettons aussi que l’intérêt de l’enfant, qui est vraiment au centre de ces enjeux de société que sont l’éducation et par conséquent l’éveil, les règles de la vie en société qui commencent dès les petites classes et même dès la crèche,  et notamment ce qui nous occupe aujourd’hui, les rythmes scolaires ne soient pas pris en compte. L’intérêt des parents et de leurs fins de semaine plutôt que celui des rythmes circadiens de leurs enfants et ce qui en découlent: semaine très dense, plus de fatigue, journée plus longue et moins de disponibilité pour apprendre avec plus de sérénité. 

Cependant, c’est le choix des parents, nous devons le respecter.»

Délibération n°36: Restauration, accueil de loisirs et activités périscolaires, actualisation des tarifs.

Intervention de Dominique TRIPET : «L’augmentation de 2% des tarifs «en cohérence» avec les prix de l’inflation est-il dit, est pour nous impossible. Nous verrons dans une autre délibération que le taux de l’inflation est de 0,7 %, et que cette hausse ne peut donc prétendre être en cohérence avec l’inflation. 

Bien entendu, nous notons que nombre d’efforts sont faits en particulier sur le temps d’activité périscolaire qui est maintenu à titre gratuit jusqu’à la tranche G, mais pour autant afficher le tarif de la ½ journée de centre de loisirs sans hébergement à hauteur de 75% du tarif d’une journée complète nous semble un calcul tout de même bien onéreux pour les familles. Le fait, comme le dirait Mr de La Palice, de prétexter que ce sera de toute façon moins cher que l’année passée ne masque pas l’effort que ce sera pour les familles, couplé à la hausse de 2% des prix des cantines.

Concernant les temps périscolaires en maternelle, nous aimerions avoir des précisions sur la formation que recevront les ATSEM, et aussi au niveau de leurs émoluments ce qu’elles percevront pour se faire. Nous avons lu avec une certaine inquiétude que des cours d’anglais à base de DVD Disney devraient être dispensés. Outre le fait, que cette société n’est pas le «must» si je puis m’exprimer ainsi en matière d’apprentissage d’une langue, un film, une vidéo, ne saurait en rien remplacer l’apprentissage d’une langue par le biais de véritables échanges oraux et donc la présence d’un ou d’une professeur. 

Aussi malgré des points positifs que nous tenons à souligner nous ne voterons pas pour cette délibération.

Délibération n°36: Règlement périscolaire et règlement des accueils de loisirs sans hébergement.

Intervention de Dominique TRIPET : «Nous notons avec beaucoup de satisfaction que le nombre de places offertes pour les accueils de loisirs sans hébergement sera augmenté d’un peu plus de 50% (on passe de 520 à 792 places). Ce qui est une bonne nouvelle. Tout comme la modification du système d’inscription avec un référent dans chaque école.

Nous saluons également la prise en compte de notre remarque en commission à savoir pour les annulations qui seront désormais facturées à hauteur de 50% des tarifs, que la perte d’emploi, comme les problèmes médicaux, sera une mesure dérogatoire à cette règle.

Cependant, l’introduction des critères de priorité en l’état ne peut nous satisfaire. En effet, que le premier soit d’habiter Orléans nous semble logique. Mais qu’ensuite ce soit le fait que les deux parents  travaillent qui rendent prioritaires l’inscription sur une liste d’attente est pour nous parfaitement discriminatoire.

Est-ce à dire que les enfants de chômeurs seront pénalisés de la situation sociale de leurs parents? Alors que je le rappelle, ces règles s’appliquent à une liste d’attente et que deux parents qui travaillent sont réputés avoir trouvé rapidement un autre mode de garde. Il n’en est pas de même pour une personne qui retrouve un travail après une période d’inactivité. Si priorité il devait y avoir, ce serait celle-ci, tous les autres cas de figures devant être à égalité et selon tout simplement la date et l’ancienneté de la demande.

Aussi nous nous abstiendrons.

Pour consulter la vidéo du conseil municipal, il vous suffit de cliquer sur le lien suivant. Puis, vous pouvez regarder que les points qui vous intéressent en cliquant directement sur ceux- ci : http://www.orleans.fr/vie-politique/vos-elus-instances-de-debat/conseil-municipal/archives-en-videos/les-conseils-2014/16-juin-2014.htm

samedi 12 juillet 2014

4 quartiers pauvres à Orléans : gouvernement et mairie ont de lourdes responsabilités

Ainsi donc, quatre quartiers d’Orléans ( la Source, l’Argonne, les Blossières et Dauphine-Saint Marceau) sont classés par le Ministère de la Ville parmi les plus pauvres de France. La querelle qui a opposé la municipalité dirigée par Serge GROUARD, député-maire UMP et l’opposition PS–EELV paraît  surréaliste. L’héritage catastrophique de l’ère Nicolas SARKOZY et les politiques d’austérité engagées par les gouvernements HOLLANDE–AYRAULT puis HOLLANDE – VALLS, ont des conséquences catastrophiques en terme de chômage, de pouvoir d’achat, expulsions locatives, coupures d’énergie, hausses des loyers, fiscalité injuste, etc.... pour les plus modestes et les couches moyennes. Pendant ce temps là, les riches et les rois du CAC 40 se portent à merveille, les dividendes versées aux actionnaires sont en hausse.

Le problème se pose donc à deux niveaux: un changement de cap gouvernemental marqué par une véritable politique de justice sociale et au niveau de notre ville, une attention particulière en direction des familles modestes. N’oublions pas qu’à Orléans, 10.000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Nous l’avons dit, redit et répété, la Ville doit jouer un rôle de “bouclier social” qu’elle n’assume pas à l’heure actuelle.

Quant au GPV dont parle Serge GROUARD, bien évidemment, c’est positif. Mais en ce qui concerne l’Humain et les conditions sociales des habitants, a-t-on réglé les problèmes ? Bien sûr que non. 

vendredi 11 juillet 2014

Rassemblement de soutien au peuple palestinien samedi 12 juillet

Je vous invite au rassemblement organisée le samedi 12 juillet en soutien au peuple palestinien.


Le jeune pales­tinien Mohamed Abu Khdeir et trois jeunes ado­les­cents israé­liens ont mal­heu­reu­sement payé de leur vie l’absurdité d’une situation ter­rible qui dure depuis plus de soixante ans au moyen-​​Orient.

Nous regrettons toutes les morts, d’autant plus quand il s’agit de civils, de per­sonnes vul­né­rables, d’enfants.

Nous apprenons avec indi­gnation la manière dont est mort le jeune pales­tinien Mohamed Abu Khdeir : obligé à boire de l’essence avant d’être aspergé et brulé vif. La haine qui s’exprime dans cet acte odieux dépasse l’imaginable.

Depuis plu­sieurs semaines, l’escalade de la vio­lence envers la popu­lation pales­ti­nienne ne cesse de croître à Gaza comme en Cisjordanie.

De nom­breux appels au meurtre de pales­ti­niens se mul­ti­plient et sont cau­tionnés par les auto­rités israé­liennes qui ne cessent de déshu­ma­niser les pales­ti­niens et leurs mou­ve­ments politiques.

Cette vio­lence se mani­feste au quo­tidien et a été récemment illustré par le tabassage par des poli­ciers masqués d’un jeune mani­festant amé­ricain pales­tinien qui réagissait à la mort hor­rible de son cousin pales­tinien brulé vif.

Cette recru­des­cence de la vio­lence, ne doit pas masquer la volonté hégé­mo­nique de l’État israélien et la conti­nuité de la poli­tique d’accaparement des terres par l’annonce du gou­ver­nement israélien de l’accélération de la colonisation.

Nous affirmons notre profond désaccord à la réponse mili­taire et à l’arsenal de guerre dis­pro­por­tionné de l’État israélien lancé contre les popu­la­tions civiles pales­ti­niennes (raids et tueries). Cette vio­lence d’État vise à rem­placer des enquêtes sérieuses sur, les meurtres tant des israé­liens que des pales­ti­niens, comme si les ana­thèmes tenaient lieu de recherche de la vérité.

Nous dénonçons toutes les formes de vio­lence qui font le terreau des actes extrêmes : les vil­lages détruits, les terres volées, les popu­la­tions poussées à l’exil, dans des camps de réfugiés qui s"éternisent, les blocus affa­mants, l’humiliation quo­ti­dienne des bar­rages ou cheik-​​ points, le détour­nement de l’eau, les des­truc­tions de bâti­ments, la spo­liation des loge­ments, l’implantation des colonies, la torture, les vies brisées,la non recon­nais­sance du droit des pri­son­niers, des enfants pri­son­niers, du droit des mino­rités, cultu­relles et religieuses,le refus de l’autodétermination du peuple pales­tinien, du droit inter­na­tional, l’instauration d’un mur qui coupe les familles, les villages…

Nous demandons à François Hollande, au ministre des Affaires Etrangères, au représentant de la France à l’ONU d’intervenir dès maintenant en faveur de la paix au Proche-Orient. Durant sa campagne présidentielle, François Hollande avait pris 60 engagements. Le 59ème concernait la Palestine : « Je prendrai des initiatives pour favoriser, par de nouvelles négociations, la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine. Je soutiendrai la reconnaissance internationale de l’État palestinien ». Devant l’urgence, les promesses doivent se transformer en actes. Les Palestinien-(nes) ont droit à un État libre, viable et indépendant. La France doit reconnaître la Palestine comme État, comme plus de 130 autres pays l’ont fait, et agir avec force sur le plan international pour que la justice, la paix et le droit international soient enfin respectés.

Contre la reprise des bom­bar­de­ments tant sur Gaza qu’en Cis­jor­danie et le défer­lement de la vio­lence raciste envers la popu­lation pales­ti­nienne tant en Israël que dans les ter­ri­toires pales­ti­niens occupés, nous appelons à se rassembler le SAMEDI 12 JUILLET à 15h à Place d’Arc à Orléans.

N’hésitez pas à relayer dans vos réseaux. Soyons très nombreux !

http://pcfsaran.over-blog.fr/article-rassemblement-de-soutien-au-peuple-palestinien-124120737.html

jeudi 3 juillet 2014

Les fraises espagnoles dans les cantines de la ville

Nous avons connu, il y a plusieurs années, "l'affaire des cerises de Montauban" qui étaient servies dans les cantines d'Orléans. Aujourd'hui, nous connaissons "l'affaire des fraises espagnoles".

En effet, juste  avant les récentes vacances d’avril, les enfants de la restauration scolaire de la ville d’Orléans ont eu droit, comme dessert, à des fraises … espagnoles, ces fraises qui n'ont de ce fruit délicieux que la forme et la couleur, mais pour le goût et la consistance, c'est à rebuter les enfants d'en manger. Des parents d'élèves m'ont alerté à ce sujet.

Egalement, tout le monde, du moins je l'espère, connaît les conditions de production intensive dans le sud de l’Espagne : main-d’œuvre immigrée travaillant dans des conditions proches de l’esclavage, logeant souvent dans des conditions dignes du moyen-âge, utilisation massive de produits phytosanitaires,   surcharge de camions sur les routes pour le transport …

Nous sommes bien éloignés du développement durable, du commerce équitable, de l'agenda 21 dont le maire, avec raison, est un ardent défenseur alors que dans notre région et notamment dans le Loiret, des producteurs développent la culture des fraises, même si la récolte est réalisée en mai. D'où la nécessité de présenter aux enfants des fruits de saison pour leur dessert.

Je souhaite donc que cette question fasse l'objet d'un examen attentif et qu'à l'avenir, nos producteurs locaux soient sollicités. Pour le bien-être des élèves et le développement de nos productions locales.

C'est en ce sens que j'ai envoyé un courrier à Serge Grouard, maire d'Orléans.

lundi 30 juin 2014

Invitation : Compte-rendu de mandat le 2 juillet

J’ai le plaisir de vous inviter à la réunion organisée le mercredi 2 juillet 2014, à partir de 18h30, Salle Fernand Pellicer à la Source. 

A cette occasion, comme je le fais chaque année, je rendrai compte des mes mandats (Conseiller général de la Source, Conseiller municipal d’Orléans et conseiller communautaire). J’accorde une grande importance à cet exercice démocratique car un élu se doit d’aller devant les citoyens le plus régulièrement possible. Un élu du peuple doit rendre des comptes au peuple !

Emploi :

Afin d'échanger sur cette très importante question et d'examiner ce qui pourrait être mis en place pour accueillir des chômeurs du quartier, j'ai invité les directions des entreprises installées sur la zone de la Saussaye (HITACHI, FAMAR, LAROUSSE EDITIONS, SANDWICK et MAQUET…) à me rencontrer pour parler de l'emploi des jeunes sur le quartier.

Suite à mon intervention auprès d’Alex Vagner, organisateur de l’opération « 2 000 emplois, 2 000 sourires »,  une initiative similaire va être mise en œuvre à La Source : « 200 emplois, 200 sourires ». 

Dans le cadre des travaux liés à l’installation d’IKEA, j’ai insisté pour que des clauses d’insertion soient prévues dans les appels d’offres. L’Agglo a pris en compte cette demande, ce qui devrait permettre à des jeunes du quartier d’être embauchés. Je veillerai au respect de ces clauses et à leur réelle mise en œuvre.

Logement :

Tous les locataires le constatent, qu’ils soient dans le secteur public ou privé, les charges locatives ne cessent d’augmenter. Cette augmentation des charges n'est pas une fatalité. Il nous faut imposer la transparence totale. Avec les locataires de « Pierres et Lumières », de l’OPH d’Orléans, de Logem Loiret … nous avons montré que l’action collective était efficace. 

Rassemblés, nous gagnons :
- 150 000 € rendus aux locataires du secteur GPV à La Source !
- Sur le secteur « ex Genêts », suite à la lutte des locataires, avec mon soutien, l’OPH va réaliser des travaux de rénovation, sans hausse de loyer ou de charges. 

Commerces - Économie :

Depuis plusieurs années, les commerces de La Source sont en difficulté.  Avec les fermetures récentes du Mag-presse à l’Indien, et d’Yves ROCHER, la situation s’aggrave ; dans un contexte où le centre commercial La Bolière connaît également des difficultés. 

Suite à l’annonce nationale de l’éventuelle fermeture de DIA, je suis intervenu auprès de la Mairie pour que toutes les énergies soient mobilisées afin de trouver des solutions durables dans ce domaine. Ce sont des dizaines d’emplois qui sont en jeu !

Après le nouvel Hôpital, l’implantation d’IKEA va avoir des conséquences environnementales mais également en terme de circulation. A ma demande, une concertation a été engagée entre le Conseil général et les copropriétaires. Il y a nécessité à développer cette concertation.

Je suis également intervenu sur le devenir du bâtiment EDF, situé avenue de la recherche scientifique. Ce bâtiment, inoccupé depuis des années se dégrade à vitesse grand V, avec des risques importants en matière de sécurité.

Éducation :

Une bonne nouvelle : il y aura bien 3 classes de maternelle à la rentrée de septembre aux “Guernazelles” à Orléans-la-Source. L'inspecteur d'académie me l'a personnellement confirmé. La mobilisation des parents d’élèves et des enseignants, que j’ai soutenu dès l’annonce de la fermeture d’une classe en maternelle,  a payé. Oui, par l’action et le rassemblement, on peut recréer de l’espoir !

Santé - Social :

Les habitants de la Source peuvent compter sur mon engagement total pour que les “Ombrages” ne soient pas “délocalisés”. Il faut penser à ces familles de la Source ou des environs qui ont de la famille aux “Ombrages”.

La notion de service public doit être maintenue avec des prix abordables afin que les personnes aux revenus modestes puissent y être accueillies.

Je me suis toujours battu contre le désert médical qui gagnait notre quartier de la Source. 

Lors du Conseil municipal d’Orléans du vendredi 25 octobre 2013, une délibération a acté la création d’une maison de santé pluridisciplinaire. Ceci va donc permettre au droit à la santé, mis à mal depuis plusieurs années, de redevenir une réalité. C’est un succès pour notre quartier. La mobilisation citoyenne et des élus n’y est pas étrangère.

Impôts locaux - valeurs locatives :

Des impôts locaux 30 % plus élevés qu’en centre ville pour des logements valant 50 % de moins, c’est ce que vivent les sourciens.

Le 30/12/2009, le tribunal administratif a rendu un jugement accordant à 82 requérants, habitants de La Source, une diminution du coefficient de situation de leur logement. 

La mise en place du groupe de travail “valeurs locatives”, comme je m’y étais engagé en 2008, a permis, suite aux actions engagées les années précédentes par l’Association des Habitants de la Source, de poursuivre cette lutte contre l’injustice fiscale dans notre quartier. Lutte relayée également par Jean-Pierre SUEUR.

Sans les recours établis par les habitants de la Source, nous n’en serions pas où nous en sommes aujourd’hui.

Rien ne peut se faire sans l’engagement citoyen et l’implication des habitants.

Sport - Animation :

La piscine découverte, appelée “piscine des PTT”, située près du bâtiment des Chèques Postaux et de la place du Marché ne serait pas réouverte au public cet été. 

Interrogé par mes soins, l’Adjoint aux Sports, a déclaré que cette piscine était touchée par la vétusté  et que des travaux avec des coûts trop importants, seraient nécessaires.

J’ai rappelé que, depuis 2008, je n’ai cessé d’intervenir pour que des travaux soient réalisés. Six ans après, la Ville veut fermer sous prétexte du mauvais état! Je ne suis pas d’accord avec cette manière de voir les choses, et pour une raison essentielle: la piscine est très fréquentée par des jeunes et des familles des quartiers populaires.

Concernant la non-ouverture de la piscine découverte de la Source (ex piscine des PTT) qui semble se confirmer, et compte tenu des problèmes qui ne manqueront pas de se poser au niveau de la piscine couverte, ne pourrait-on pas réfléchir à mettre en place des navettes bus, entre la Source et l’Ile Charlemagne durant l’été ?

dimanche 29 juin 2014

Manifestation contre la suppression des accueils provisoires Jeunes Majeurs

Au nom des élus communistes – Front de gauche, j’appelle au rassemblement devant le Conseil général du Loiret, lundi 30 juin 2014, à partir de 12h pour dire haut et fort: non à la suppression des accueils provisoires Jeunes majeurs (les APJM). Prenant prétexte du désengagement de l’Etat en matière de dotations budgétaires, qui est malheureusement une réalité inadmissible surtout quand elle est décidée par un gouvernement dit de “gauche”, la majorité de droite du Conseil général frappe très fort contre le social, la jeunesse. Ce qui se passe avec les APJM en est un exemple frappant.

La position du Conseil Général sur la suppression des Accueils Provisoires Jeunes Majeurs reste inflexible ! Nous devons continuer nos actions pour faire  entendre notre désaccord.

L’AJIL, allocation votée à la va vite par le Conseil général et supposée remplacer les APJM est un leurre pour cacher le terrible dénuement auquel Mr DOLIGÉ condamne les jeunes majeurs. Ses critères excluent la majorité d’entre eux et les rares qui pourront y accéder ne pourront se loger du fait de l’absence de ressources pérennes et de garants.

Et combien seront-ils dans les années à venir ? Car c’est l’ensemble des enfants sous Protection de l’enfance qui devront désormais grandir avec le couperet de leur majorité au dessus de leur jeune tête, sans possibilité de suivre une formation ou des études qui les conduisent à l'autonomie. Aujourd’hui les 3/4 des jeunes bénéficiant ou qui aurait pu bénéficier d’un APJM vont se retrouver à la rue le 1er juillet.

Venez avec des cartons d’emballage, pour dénoncer de manière symbolique la mise à la rue de ces jeunes et les conditions d’existence auxquelles ils seront condamnés à partir du 1er juillet

mardi 24 juin 2014

Interventions des élu(e)s communistes au conseil municipal du 16 juin 2014

Compte-Rendu des interventions du Groupe Front de Gauche lors du Conseil Municipal d’Orléans du Lundi 16 juin 2014

Tout d’abord et en préambule, quelques mots sur le contexte de ce conseil municipal, où le Maire lors de l’habituel point communications diverses à éludé les propos du conseiller municipal FN via twitter. Ce dernier  appuyait ceux de JM Le Pen (fournée). Michel RICOUD avant de prendre la parole pour le point 6 a interpellé le Maire à ce propos, notamment en faisant part de son étonnement quant à son silence, à ce propos dans cette enceinte républicaine (Conseil Municipal).

 

Délibération n° 6: Compte administratif 2013.

Le compte administratif est l’application comptable du budget voté par la majorité UMP UDI MODEM, en décembre 2013. Les élus “Front de Gauche” avaient voté contre ce budget car il ne correspondait pas aux attentes des habitants. Nous avons voté contre (seuls) ce compte administratif. 

Nous avons rappelé nos propositions: la division par 2 du prix des cantines qui représente un financement de 200.000 euros. Une action forte en matière d’actions contre les expulsions locatives, coupures de gaz, d’électricité et d’eau, la réquisition des 6000 logements vides par la mise en place d’une commission sur cette problématique. Si d’une manière comptable, “le compte est bon”, d’un point de vue HUMAIN, cela n’est pas le cas. Dans une ville où 10.000 ménages vivent sous le seuil de pauvreté, il serait temps pour la Ville de répondre aux urgences sociales. 

Le rayonnement de la Ville passe également par des dispositifs sociaux. Nous le redisons. Quant aux baisses de financements d’Etat pour les collectivités, nous avançons depuis des années des propositions: véritable réforme fiscale, actions contre l’évasion la fraude fiscale. Il faut s’attaquer aux causes de la crise et notamment taxer les revenus financiers à hauteur de 0,5%.Mais de cela, au PS et à droite, personne ne parle. Le budget de l’OLB, de 2008 à 2013 a augmenté de 44% alors que le budget du CCAS a augmenté, lui, de 4,3%. Cherchez l’erreur!

Concernant les questions de l’emploi, nous avons réaffirmé avec force notre exigence que, dans le cadre des travaux d’IKEA, soient incluses, dans les appels d’offres, des clauses d’insertion. 

 

Délibération n° 13: Ravalement des façades intra-mails.

Les élus “Front de gauche” ont voté contre cette délibération, comme à chaque conseil municipal. Il y a les travaux des façades et, derrière, il y a trop souvent, des logements insalubres, de la misère. Quant aux propriétaires concernés par ces travaux, ils ne sont pas tous logés à la même enseigne. Loin de là!

 

Délibération n° 16: SIVU des Groues.

Lors d’une précédente délibération portant sur les Groues, nous avions demandé que la chaufferie Biomasse soit fournie en bois par le ferroviaire. Refus de la majorité municipale. Et, dans le cadre de l’ouverture de la ligne SNCF Orléans – Chartres, il est question de créer un arrêt aux Groues ! Une contradiction? Non? 

Délibération n°17 : Acquisition d’une emprise pour un parvis et un trottoir publics à l’Association Assomption propriétaire d’une école maternelle, quartier Saint Marc.

Suite à la prise de parole du PS qui déplorait que la ville assume la démolition d’un bâtiment vétuste à cet endroit et uniquement sur la parcelle achetée à l’euro symbolique, Dominique TRIPET a expliqué notre vote puisque nous avons voté pour : «  Il n’est pas question ici d’école publique ou privée, mais bien d’une question de sécurité publique pour toutes les personnes qui empruntent cette rue. Pour rappel, l’accident qui a coûté la vie à une petite fille renversée par un chauffard qui a pris la fuite et qui n’a jamais été retrouvé se situe quelques dizaines de mètres plus bas. Cependant, c’est toute cette portion de rue qui est notoirement dangereuse pour toutes les personnes qui empruntent des trottoirs très étroits, c’est pourquoi nous voterons pour ».

 

Délibération n° 23: Stade Omnisports de la Source : Travaux suite à la montée en ligue 2.

Comme tous les élus et de très nombreux orléanais et au-delà, nous nous sommes réjoui-e-s de la montée en Ligue 2 de l’USO. Mais, maintenant, se posent des contraintes financières dues notamment au désengagement de l’Etat. Orléans a –t-il les reins assez solides pour supporter deux grands clubs professionnels : l’OLB et l’USO? 

Michel RICOUD : «  Les financements prévus ne vont-ils pas se traduire par une baisse des subventions pour des petits clubs de quartier (exemple ESCALE à la Source)? Des clubs comme ESCALE sont indispensables dans nos quartiers populaires. “Que serait la Source sans ESCALE” a redit une nouvelle fois Michel RICOUD. 

Donc soyons attentifs et vigilants. Egalement, dans le même temps, on ferme la piscine découverte ( Ex piscine PTT) qui est utilisée par de nombreuses familles des quartiers populaires. »

Dominique TRIPET : « On nous annonce que le Conseil Régional et le Conseil général vont être sollicités. Si par la bouche de JP Grand, nous venons d’avoir confirmation que le Conseil Régional s’était bien engagé à hauteur de 2 millions d’€ de subventions, qu’en est-il pour le Conseil général ? Par ailleurs, Marie-George BUFFET, alors Ministre des sports avait fait voter une loi qui taxait à hauteur de 5% les droits de retransmission télé. Et nous notons que les 500 000 € qui devraient être reversés par le club à la ville d’Orléans proviendraient de ces droits de retransmission. Quid des petits clubs et associations qui gravitent autour de l’USO ? Il ne faudrait que cela se fasse à leur détriment alors que cette loi visait justement à les préserver de cette tentation de ne subventionner que les gros clubs sportifs ? »

Réponse de S.Sankhon : C’est le Ministère des sports qui gère cela...

 

Délibération n° 24: Subvention à l’OLB.

Nous avons voté contre cette délibération comme nous le faisons depuis des années. Voir nos explications quant à la précédente délibération.

Délibération n°28: Demande de subvention pour un projet documentaire thématique «Je veux mon livre» ou les premiers pas dans la littérature .

Suite à la question de l’élue FN qui voulait savoir si dans ce qui était financé il pouvait y avoir des livres sur la «théorie du genre» et en particulier les «ABCD de l’égalité», auquel cas ils voteraient contre, intervention de Dominique TRIPET:

«La théorie du genre n’existe pas. 

L’«ABCD de l’Egalité» est un manuel scolaire qui ne se trouve pas dans les bibliothèques ou médiathèques. Ce sont les inspections académiques qui décident là où cela doit faire l’objet d’un enseignement. Ce n’est donc pas une compétence de la Mairie. 

Par ailleurs, ce manuel «les ABCD de l’égalité» promeut l’égalité entre femmes et hommes et rien d’autre! Appartenant à l’une des associations rédactrices de ce manuel, j’en connais fort bien les contenus. Aussi renseignez-vous avant de dire n’importe quoi, vous y gagnerez en crédibilité!»

Délibération n°32: Organisation du concours Miss France.

Intervention de Dominique TRIPET : « Lors d’un précédent conseil, je vous avais interrogé pour savoir si la ville d’Orléans financerait ce concours parfaitement discriminatoire et sexiste de Miss France. Vous m’aviez alors répondu par la négative, il s’avère aujourd’hui que d’une façon ou d’une autre la ville d’Orléans va l’organiser.

Pourtant, comme tous les concours de Miss, celui-ci fait de la femme une femme objet, devant répondre qui plus est à des critères: physiques, pas moins de 1m70, - et en filigrane ne pas être handicapée physique ou mentale-, d’âge: ne pas avoir plus de 26 ans, de situation personnelle: ne pas être mariée ou pacsée, être célibataire, moraux: ne pas avoir tourné dans des films pornos…etc… et puis aussi être souriante, aimable, gracieuse

Ce concours est le reliquat de nos rosières d’autrefois, mais qui aujourd’hui se retrouvent pour une année, ces «Miss Rosières» à faire la foire aux jambons de Trifouillies les Oies ou bien encore servir de décoration, de potiche souriante lors des salons de l’auto ou autres foire-expo…

Je crains que nous soyons un certain nombre à avoir d’autres valeurs pour représenter la France que celles portées par ce concours complètement désuet et qui ne relève pas le niveau quant à la place des Femmes dans notre société en tant que citoyenne notamment lorsqu’on leur demande de se comporter avec grâce, distinction et élégance, d’avoir une bonne tenue vestimentaire, une hygiène soignée, et pourquoi ne pas vérifier le brossage de dents tant qu’on y est…

Alors, oui, je sais à l’avance ce qui va nous être rétorqué : la force de frappe de TF1, notez comme tout de suite le vocabulaire est plus guerrier et moins élégant, et puis aussi les retombées touristiques, commerciales etc…Des corps à vendre contre une pseudo manne financière…

En attendant, ce sont 400 000 euros qui vont partir en hôtels 4 étoiles avec chambres individuelles pendant 17 nuits pour 43 personnes, autant pour les petits déjeuners, déjeuners et dîners, mise à disposition du Zénith, des techniciens – 1 grand salut aux intermittents du spectacle sans qui aucun spectacle ne pourrait avoir lieu, ni même ce concours de Miss-, des personnels de la ville, d’une salle de 500 m2 et j’en passe et des meilleures…

Et surtout ne venez pas prétendre que ce sera la conversation de ces jeunes femmes qui feront publicité pour notre ville, mais bien uniquement leur plastique, les défilés en maillot et autres joyeusetés où nombre reluqueront autre chose que l’élégance, la grâce, la distinction; Quelle hypocrisie!

Pour ma part, ce n’est pas une poupée Barbie, un Ken ou un GI’Joe qui peut représenter la France, mais bien une personne qui porte des valeurs, celle de notre République et qui réponde aux valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

A ce jour, et ce n’est qu’un exemple, celui qui a répondu à mes attentes, au-delà des clivages politiques, a été Mr Dominique de Villepin lorsqu’il a pris la parole au nom de la France lors de son discours à l’ONU contre l’entrée en guerre de la France contre l’Irak.

Ce jour-là, oui, comme nombre de Françaises et de Français, j’ai vibré à l’unisson et j’ai été fière d’être française.

Pour en revenir à ce concours, il est bien le pire du pire qui peut se faire ; Il contribue à maintenir les femmes dans le rôle du repos du guerrier, sois belle et tais-toi, et comme ne renierait pas mon amie Monique Lemoine, Présidente de Mix-Cité, je le redis ici : Princesse un jour, Bonniche toujours!

Et c’est la ville d’Orléans qui finance, désespérant!

Enfin Mr Sankhon, puisque vous sembliez avoir besoin de leçon tout à l’heure pour faire un show, je vous propose de vous inscrire à ce concours de Miss…

Nous avons voté contre bien entendu. Le FN pour car ce concours «promeut l’excellence de la jeune fille française!» (SIC). Le PS s’est abstenu.

Délibération n°33: Soutien aux associations et organismes divers. 

Le FN a demandé une dissociation des votes pour pouvoir voté contre la subvention au GAGL (Groupement Association Gay et Lesbien)…Non, non, ils ne sont pas homophobes…

Délibération n°34: Communication relative à la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires.

Intervention de Dominique TRIPET : «Quelques remarques sur cette communication. Notre groupe regrette bien évidemment que l’Etat se désengage de ses missions et fasse ainsi une réforme à l’arrache, sans concertation véritable et surtout en faisant peser sur les collectivités locales la mise en œuvre de celle-ci, sans contrepartie financière digne de ce nom.

Nous regrettons aussi que l’intérêt de l’enfant, qui est vraiment au centre de ces enjeux de société que sont l’éducation et par conséquent l’éveil, les règles de la vie en société qui commencent dès les petites classes et même dès la crèche,  et notamment ce qui nous occupe aujourd’hui, les rythmes scolaires ne soient pas pris en compte. L’intérêt des parents et de leurs fins de semaine plutôt que celui des rythmes circadiens de leurs enfants et ce qui en découlent: semaine très dense, plus de fatigue, journée plus longue et moins de disponibilité pour apprendre avec plus de sérénité. 

Cependant, c’est le choix des parents, nous devons le respecter.»

Délibération n°36: Restauration, accueil de loisirs et activités périscolaires, actualisation des tarifs.

Intervention de Dominique TRIPET : « L’augmentation de 2% des tarifs «en cohérence» avec les prix de l’inflation est-il dit, est pour nous impossible. Nous verrons dans une autre délibération que le taux de l’inflation est de 0,7 %, et que cette hausse ne peut donc prétendre être en cohérence avec l’inflation. 

Bien entendu, nous notons que nombre d’efforts sont faits en particulier sur le temps d’activité périscolaire qui est maintenu à titre gratuit jusqu’à la tranche G, mais pour autant afficher le tarif de la ½ journée de centre de loisirs sans hébergement à hauteur de 75% du tarif d’une journée complète nous semble un calcul tout de même bien onéreux pour les familles. Le fait, comme le dirait Mr de La Palice, de prétexter que ce sera de toute façon moins cher que l’année passée ne masque pas l’effort que ce sera pour les familles, couplé à la hausse de 2% des prix des cantines.

Concernant les temps périscolaires en maternelle, nous aimerions avoir des précisions sur la formation que recevront les ATSEM, et aussi au niveau de leurs émoluments ce qu’elles percevront pour se faire. Nous avons lu avec une certaine inquiétude que des cours d’anglais à base de DVD Disney devraient être dispensés. Outre le fait, que cette société n’est pas le «must» si je puis m’exprimer ainsi en matière d’apprentissage d’une langue, un film, une vidéo, ne saurait en rien remplacer l’apprentissage d’une langue par le biais de véritables échanges oraux et donc la présence d’un ou d’une professeur. 

Aussi malgré des points positifs que nous tenons à souligner nous ne voterons pas pour cette délibération.

Délibération n°36: Règlement périscolaire et règlement des accueils de loisirs sans hébergement.

Intervention de Dominique TRIPET : « Nous notons avec beaucoup de satisfaction que le nombre de places offertes pour les accueils de loisirs sans hébergement sera augmenté d’un peu plus de 50% (on passe de 520 à 792 places). Ce qui est une bonne nouvelle. Tout comme la modification du système d’inscription avec un référent dans chaque école.

Nous saluons également la prise en compte de notre remarque en commission à savoir pour les annulations qui seront désormais facturées à hauteur de 50% des tarifs, que la perte d’emploi, comme les problèmes médicaux, sera une mesure dérogatoire à cette règle.

Cependant, l’introduction des critères de priorité en l’état ne peut nous satisfaire. En effet, que le premier soit d’habiter Orléans nous semble logique. Mais qu’ensuite ce soit le fait que les deux parents  travaillent qui rendent prioritaires l’inscription sur une liste d’attente est pour nous parfaitement discriminatoire.

Est-ce à dire que les enfants de chômeurs seront pénalisés de la situation sociale de leurs parents? Alors que je le rappelle, ces règles s’appliquent à une liste d’attente et que deux parents qui travaillent sont réputés avoir trouvé rapidement un autre mode de garde. Il n’en est pas de même pour une personne qui retrouve un travail après une période d’inactivité. Si priorité il devait y avoir, ce serait celle-ci, tous les autres cas de figures devant être à égalité et selon tout simplement la date et l’ancienneté de la demande.

Aussi nous nous abstiendrons.

Pour consulter la vidéo du conseil municipal, il vous suffit de cliquer sur le lien suivant. Puis, vous pouvez regarder que les points qui vous intéressent en cliquant directement sur ceux- ci : http://www.orleans.fr/vie-politique/vos-elus-instances-de-debat/conseil-municipal/archives-en-videos/les-conseils-2014/16-juin-2014.htm

dimanche 22 juin 2014

Suite à deux articles dans la Rép sur Niamé Diabira concernant le quartier de La Source

J’ai lu avec intérêt les deux papiers concernant Niamé Diabira, adjointe au maire d'Orléans chargée du quartier de La Source, paris dans la République du Centre. 

Pour la rencontrer régulièrement afin de faire le point sur les dossiers de la Source, car, il faut travailler ensemble, c’est évident, je reconnais qu’elle a de bonnes idées. Mais aura-t-elle les moyens financiers correspondants ? C’est moins sûr. Dommage quand même que la révision des valeurs locatives plus élevées à la Source que dans les autres quartiers d’Orléans ne soient pas dans ses projets. Quant la piscine découverte qui serait “une usine à gaz”, dommage, alors qu’elle a été cédée pour le franc symbolique à la Ville, en parfait état (Les anciens responsables de l’ASPTT peuvent en témoigner), que les travaux nécessaires n’aient pas été réalisés depuis 1999. Quant à ma proposition de navettes entre la Source et Charlemagne, aucune réponse. Ni de Niamé DIABIRA, ni de Serge GROUARD.

mercredi 18 juin 2014

Soutien aux cheminots en grève

Lors de l'Assemblée Générale des cheminots qui avait lieu le lundi 16 juin, une délégation du PCF composée d'une vingtaine d'élus et de militants de l'agglomération orléanaise est allée porter le soutien du PCF et du Front de Gauche aux cheminots mobilisés.

Voici l'intervention de Mathieu Gallois, secrétaire départemental du PCF 45 :

Partout, en France comme en Europe, les politiques de libéralisation et d'austérité se développent et montrent leurs méfaits. Le rail n'échappe à ce phénomène. De « paquets » en « paquets », les vagues de libéralisation successives couplées à des politiques d'austérité, de coupes dans les budgets des services publics, ont contribué à démanteler progressivement le service public du transport ferroviaire en France.

Les conséquences de cette libéralisation sont connues : infrastructures qui se détériorent, explosion des tarifs des usagers, dégradation du service rendu, suppressions d’emplois, souffrance pour les personnels.

Loin de mettre un coup d'arrêt à cette spirale, le projet de loi gouvernemental constitue un pas de plus vers le démantèlement du service public et du statut des cheminots. Nous ne pouvons laisser faire !

Aucune des exigences portées et indispensables ne sont traitées : pas de réunification réelle de la SNCF et de RFF, soumission au règne de la concurrence et de la libéralisation au lieu de confirmer l’État dans son rôle d'exploitant et d'aménageur, aucun effort pour la réduction de l'endettement qui plombe les investissements et aggrave la vétusté du réseau et des matériels, pression sur le statut, les salaires et suppressions massives d'emplois. Le projet gouvernemental ne règle en rien la dette qui pèse sur le système ferroviaire, notamment à cause des intérêts de celle-ci, si ce n’est d’envisager sa stabilité par de nouvelles suppressions d’emplois, la réduction de l’offre et l’augmentation des tarifs pour les usagers.

Nous le voyons bien, contrairement à ce que disent messieurs Hollande, Valls, Sapin et Cuvillier, c’est leur réforme qui n’est pas de bon sens et non votre mouvement. En ce jour de BAC, le gouvernement ferait bien de revoir sérieusement sa copie, repousser le débat parlementaire afin d’engager un véritable débat public sur les ambitions que nous voulons donner au ferroviaire.

S’il est si sûr du bien-fondé de sa réforme, pourquoi craint-il le débat démocratique ?

Et nous pourrions dire de même sur le projet de réforme territoriale, véritable attaque contre notre système républicain, sur les intermittents du spectacle, sur le pacte de responsabilité qui ne fera qu’aggraver la crise économique, sociale et démocratique que nous traversons.

Le Conseil national du Parti Communiste réuni ce week-end, ses élus et ses militants, les Parlementaires du Front de Gauche sont à vos côtés, demandent au Gouvernement d’entendre les propositions portées par les cheminots et leurs organisations syndicales pour une autre réforme du système ferroviaire.

Nous lui demandons de repousser le débat parlementaire qui doit commencer demain et d’engager un véritable débat public.

Et nous portons des exigences dans ce débat : la suspension du 4e paquet ferroviaire et donc l’arrêt de la privatisation entreprise par le gouvernement ; la nécessité d’une réunification complète de RFF et de la SNCF comme entreprise nationale des chemins de fer à statut intégralement public, porteuse de missions affirmées de service public voyageurs et fret ; la relance d’un véritable plan fret comme levier majeur de l'indispensable transition écologique ; la reprise par l’État de l'endettement du système ferroviaire et la recherche de nouveaux financements ; la mise en discussion immédiate des conditions sociales et salariales, avec des objectifs concrets de revalorisation.

La mise en œuvre de ces propositions suppose qu'on s'en prenne enfin au dogme de la concurrence libre et non-faussée, que l'on fasse le choix de la réponse aux besoins plutôt que de se soumettre au culte de l'austérité.

Nous avons besoin dans ce pays d’un véritable sursaut citoyen pour stopper la politique libérale du gouvernement qui nous emmène droit dans le mur, nous avons besoin de rassembler, de mobiliser, de lever l’espoir que les choses peuvent changer. (...)

Au lieu de suivre les pas de Nicolas Sarkozy et son arrogance en direction des mouvements sociaux, Messieurs Hollande et Valls vous devriez entendre les salariés qui défendent la qualité du service public !

samedi 14 juin 2014

Et s'il on mettait en place des navettes entre La Source et l'Ile Charlemagne ?

Concernant la non-ouverture de la piscine découverte de la Source (ex piscine des PTT) qui semble se confirmer, et compte tenu des problèmes qui ne manqueront pas de se poser au niveau de la piscine couverte, ne pourrait-on pas réfléchir à mettre en place des navettes bus, entre la Source et l’Ile Charlemagne durant l’été ?

Des navettes existent déjà entre la Gare d'Orléans et la base de loisirs. Une autre navette pourrait permettre de rejoindre l'Ile Charlemagne depuis le quartier de La Source, toutes les 1/2 heures à 1 heure.

C'est cette proposition que j'ai envoyée aux différents représentants de la mairie et de l'Agglo, à savoir Serge Grouard, Olivier Carré, Soufiane Sankon et Niame Diabira.

vendredi 13 juin 2014

Tribune dans Orléans Mag

Voici notre tribune complète, à Dominique Tripet et moi-même, élu-e-s au Conseil municipal d'Orléans :

Le Front National défendrait les classes laborieuses, les travailleurs, les petits, les humbles…C’est du moins ce qu’il voudrait nous faire croire.

Force est de constater, pour celles et ceux qui un rien naïfs auraient pu les croire qu’il y les paroles et les actes ; Le vote unanime des trois conseillers municipaux FN lors du Conseil Municipal du 19 juin dernier contre les délibérations permettant la rénovation de logements de l’OPHLM en dit long sur leur véritable engagement auprès de la population de notre ville.  Que dire de leur interrogation sur le bien-fondé des subventions aux associations, la réfection du Palais des sports, leur vote contre les financements pourtant modestes des programmes d’actions dans le cadre de la coopération Orléans-Parakou ?

Ces partenariats de coopération, ces aides au développement étant bien les seules alternative et solution à la lutte contre l’immigration clandestine en permettant à tout citoyen de vivre dignement dans son pays d’origine et qu’il n’a quitté que parce que les conditions de vie ou politiques y étaient insoutenables. Dans le même temps, et ce n’est pas le moindre paradoxe, nombre de multinationales dont des entreprises françaises n’hésitent pas à exploiter et piller les richesses de ces pays au détriment de ces mêmes populations. Les interrogations devraient être là !

Les élu-e-s Front de Gauche n’auront de cesse quant à eux, tout au long de leur mandat, de défendre réellement les intérêts de toutes les Orléanaises et Orléanais loin de positionnement populiste basé sur le rejet de l’autre.

Ecole des Guernazelles à La Source : Pas de fermeture de classe

Quand on se rassemble, on peut gagner !

Une bonne nouvelle : il y aura bien 3 classes de maternelle à la rentrée de septembre aux “Guernazelles” à Orléans-la-Source. L'inspecteur d'académie me l'a personnellement confirmé par mail.

La mobilisation des parents d’élèves et des enseignants, que j’ai soutenu dès l’annonce de la fermeture d’une classe en maternelle,  a payé.

Oui, par l’action et le rassemblement, on peut recréer de l’espoir !

jeudi 12 juin 2014

Les propos inadmissibles des élus FN d'Orléans

Les deux élus du Front de Gauche d’Orléans condamnent avec la plus grande fermeté les propos de haine de Monsieur de Bellabre, élu FN à Orléans. Les deux autres élus FN sont d’ailleurs dans la même logique raciste et antisémite. Que l’on ne s’y trompe pas. Il n’y a pas “les gentils” élus FN et les “méchants”. Voir article de La République du Centre.

Pour les élus Front de Gauche d’Orléans, ces propos intolérables sont dans la droite (extrême droite même) ligne du positionnement des élus FN au Conseil municipal d’Orléans que nous avons dénoncé publiquement  par rapport au logement social, aux associations et à la coopération internationale.

Ces insultes ne doivent pas être banalisées, toutes les forces politiques doivent les condamner. Monsieur Serge GROUARD, Député- Maire d’Orléans doit prendre ses responsabilités et ne pas se taire face à ces déclarations qui interviennent alors que notre pays vient de célébrer le 6 juin 1944 et qu’il y a 70 ans, avait lieu le massacre d’Oradour sur Glane.

Monsieur Serge GROUARD, ne restez pas silencieux !

Egalement, avec Dominique Tripet, nous sommes très surpris de lire que Baptiste Chapuis serait le seul, en “citoyen vigilant” à “monter au créneau” contre le FN. Les élus du Front de Gauche, très surpris par les déclaration de l’ex. élu PS au Conseil municipal d’Orléans, tiennent à réaffirmer leur totale opposition aux propos scandaleux de Le Pen, père, propos appuyés par les élus FN d’Orléans. Je vous joins les différents communiqués publiés par les élus du Front de Gauche d’Orléans afin que la vérité soit rétablie.

mercredi 11 juin 2014

Non à la fermeture d’une classe maternelle aux “Guernazelles” à Orléans la Source.

J'ai écrit au Directeur départemental des Services de l’Education nationale afin de lui rappeler tout l’intérêt que je porte au maintien de 3 classes maternelles à l’école des “Guernazelles” à la Source. Nous avions déjà échangé à ce sujet dernièrement.

Lors de la commission des dérogations qui s’est tenue récemment à la mairie d’Orléans, les 4 demandes ont été acceptées. Ce qui fait qu’à la rentrée 64 élèves seront présents en maternelle. Ce qui justifie, de mon point de vue, le maintien de 3 classes pour la rentrée de septembre 2014.

mardi 10 juin 2014

Soutien aux intermittents du spectacle

Soutien à ceux qui nous font rêver, réagir, pleurer, rire, qui nous aident souvent à vivre. a culture c'est l'affaire de toutes et tous !

Depuis le 22 mars 2014, les intermittents du spectacle luttent contre le simulacre d'accord et pour la non ratification de la réforme de l'assurance Chômage qui met gravement en danger leurs métiers, mais tout le monde est concerné, à commencer par le public qui pourrait être, dans un premier temps privé des festivals de l'été, et à posteriori victime des conséquences funestes de cet accord sur la création et la diversité culturelle.

En signant la pétition en ligne, je demande solennellement au gouvernement de ne pas ratifier le texte déséquilibré et dangereux du Medef et j'exprime mon soutien aux Intermittents en lutte: technicien(ne)s, costumièr(e)s,,scénographes danseurs, metteu(ses)rs en scène... musicien(ne)s, comédien(ne)s, artistes de rue, circassien(ne)s...

La pétition en ligne : https://www.change.org/fr/pétitions/francois-rebsamen-soutien-aux-intermittents-en-lutte

Révélations sur le Barbie d'Orléans ! La Tragédie des lycéens parisiens résistants 10 juin 1944 en Sologne

http://www.corsaire-editions.com/pub/.une-Juin44-BAT_1__t.jpg

Le 6 Juin 1944, les troupes anglo-américaines débarquent en Normandie. Le 10 juin, dans l’après-midi, se joue le drame le plus effroyable de l’occupation nazie en France. A Oradour-sur-Glane, 642 habitants sont brûlés vifs ou fusillés, victimes de la barbarie des SS de la division Das Reich qui remonte vers le nord.

Ce même jour, à 250 km du village limousin, en Sologne, dans les fermes du By, de Cerfbois et de Grandbois, une autre tragédie se déroule, visant des lycéens et quelques étudiants. En route pour renforcer les maquis de Corrèze, 41 jeunes résistants parisiens, membres du réseau Thermopyles, sont fusillés par la Gestapo ; quinze autres mourront en déportation, ainsi que deux propriétaires qui les avaient hébergés ; en tout, 58 victimes.

Quelque 70 ans après, ce livre présente et analyse les faits. Il en relate également les suites judiciaires de l’Après-guerre : les procès des agents français de la Gestapo et la recherche des responsables nazis en fuite, notamment le Kommandeur Fritz Merdsche, le Barbie orléanais.

Archives inédites et notamment de Serge Klarsfeld.

Notes sur l'auteur : Georges Joumas est docteur en Histoire contemporaine. Il est l’auteur de Louis Gallouédec (1864-1937), géographe de la IIIème République (2006), des Echos orléanais de l’Affaire Dreyfus (2010) et de Alfred Dreyfus, officier en 14-18 (2011).

La Tragédie des lycéens parisiens résistants 10 juin 1944 en Sologne - Prix public : 18 €. Editions Corsaire

Lien : http://www.corsaire-editions.com/product/LA-TRAGEDIE-DES-LYCEENS-PARISIENS-RESISTANTS-10-JUIN-1944-EN-SOLOGNE-Georges-JOUMAS

lundi 9 juin 2014

IKEA : des questions restées sans réponse !

Lors de la réunion du mercredi 4 juin 2014 à Orléans-la-Source, concernant l’installation d’IKEA au sud d’Orléans, je suis intervenu en posant plusieurs questions. Si certaines portant sur les problématiques de circulation et d’environnement ont été ensuite reprises très judicieusement par d’autres intervenants, les questions portant sur l’emploi, les clauses d’insertion et le dialogue social dans l’entreprise sont restées sans la moindre réponse. Je les repose donc publiquement par médias interposés:

1- 180 emplois sont annoncés (150 emplois directe et 30 emplois indirects). Ma question était la suivante : a-t-on étudié les éventuelles conséquences en terme de pertes d’emplois pour des magasins positionnés sur le même créneau ?

2- des travaux importants vont donc être lancés prochainement: existe-t-il des clauses d’insertion dans les marchés d’appel d’offre, compte tenu du fait que notre quartier connaît un taux de chômage important ?

3- IKEA ayant défrayé la chronique au sujet du manque de dialogue social dans l’entreprise, j’ai émis le souhait que les rapports entre IKEA et ses salariés soient marqués par le respect.

 

A ces 3 questions pas de réponse, sauf sur le fait que des entreprises locales travailleraient sur ce chantier et que IKEA s’appuierait sur Pôle Emploi pour embaucher des personnes en recherche d’emploi. C’est, à mon avis, un peu court.

J’ai également déploré l’absence du député-Maire d’Orléans et du Conseil général à cette réunion. Enfin, une bonne nouvelle: pas de travail le dimanche!

- page 1 de 63